C’est le rythme bernois

C’est le rythme bernois
HistoiresC’est le rythme bernois

Deux brasseurs et musiciens

Dans la capitale fédérale, les gens prennent le temps de s’écouter les uns les autres. Cette atmosphère est le terreau de la créativité et de l’identité, qui se reflète dans une bière de caractère et une musique unique. Alexander Balajew et Lukas Hasler maîtrisent les deux. Ils font partie intégrante d’une ville qui a trouvé son propre rythme.

C’est le rythme bernois (Video: Suisse Tourisme)

Berne

La vieille ville de Berne, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983, est nichée dans un méandre de l’Aar. La ville fédérale surprend les visiteurs et visiteuses par son rythme de vie résolument tranquille et bon enfant.


Craft Beer Festival

Terrain vague au milieu de la ville, files d’attente à tous les stands de bière, atmosphère décontractée: c’est le ZAPF! Les amateurs de bières artisanales se rendent au Le Craft Beer Festival pour découvrir des bières bernoises (encore) inconnues. Mais les gens s’y retrouvent surtout pour le plaisir de discuter, boire de la bière et écouter de la musique. Au ZAPF!, sur le terrain vague du Warmbächli, on célèbre le rythme bernois. On y croise Alexander Balajew, surnommé Bali, et Lukas Hasler, de la brasserie Schuum. Leur bière fait partie des bières bernoises qui rencontrent un joli succès.



Brasseurs, musiciens et amis

Bali et Lukas brassent leur propre bière, sous leur propre label: Schuum. La brasserie Schuum produit des bières entièrement artisanales, non filtrées et non pasteurisées. Bali est batteur dans le groupe Troubas Kater et Lukas joue de la basse pour Gustav.



Les deux amis partagent la même passion pour la bière et la musique. Ils ont commencé à brasser leur propre bière il y a quelques année, dans la buanderie d’un petit appartement. Ils ont essayé et tâtonné jusqu’à ce qu’ils réalisent une bonne bière – qui leur plaise vraiment.
Bali et Lukas ont affiné leur bière progressivement au fil des ans et se sont installés à un moment donné dans leur petite brasserie actuelle sur le site industriel de Berne Bümpliz. Là-bas, ils élaborent différentes sortes de bière, qu’ils dégustent et améliorent encore. Les bières Schuum sont de plus en plus appréciées, et les Bernois se pressent aux ventes au quai organisées régulièrement. Les deux brasseurs n’ont toutefois pas de recette secrète. Si ce n’est qu’ils consacrent du temps à leur bière. Ils la laissent fermenter jusqu’à quatre semaines avant de la mettre en bouteilles. La bière Schuum est synonyme de qualité et de petites quantités.


«Notre bière est véritablement un produit artisanal, fabriqué avec passion.» Lukas




«Il ne faut pas brusquer les choses, c’est ce qu’il faut sans cesse se répéter en brassant la bière.» Bali


Du plus grand bassin de natation d’Europe à l’Aar

À deux pas de la micro-brasserie se trouve la piscine en plein air de Weyermannshaus, le plus grand bassin de natation d’Europe et le point de rendez-vous de nombreux locaux. Mais lors des chaudes journées d’été, les rives de l’Aar sont un lieu incontournable. Se baigner dans l’Aar est une tradition que l’on ne retrouve guère dans d’autres villes. L’Aar est en quelque sorte la ligne de vie des Bernoises et Bernois. Ouvriers ou politiques aiment y plonger pour se rafraîchir. Bali et Lukas apprécient la piscine et la rivière, mais on les croise plus facilement sur la terre ferme. S’ils ne sont pas en train de brasser leur bière, on les trouvera au local de musique du groupe Troubas Kater, dont Bali est le batteur. Le local Groovefactory se trouve à proximité du centre culturel Dampfzentrale, à deux pas de l’Aar.


Analogies entre bière et musique

De prime abord, la bière et la musique n’ont pas grand-chose en commun. Mais pour Bali: «Je ne me vois pas comme un artiste, mais plutôt comme un artisan.» Troubas Kater est un groupe qui compte huit musiciens, un joli patchwork, comme il se qualifie volontiers. Tous sont d’anciens musiciens de rue. Ils chantent en dialecte, font du rap, de la chanson à texte, du folk, du rock, du hip hop «et tout ce qui nous vient à l’esprit». Ils jouent dans des petites salles intimistes, mais se sont également produits lors de grands festivals en plein air, comme le Gurtenfestival, sur la montagne emblématique de Berne. Ils ont écrit quelques chansons qui sont devenues cultes pour les Bernois car elles reflètent parfaitement le rythme de cette ville.


Mais alors le rythme bernois, c’est quoi? Bali le décrit ainsi: «C’est un rythme légèrement plus lent que celui d’autres villes. Du coup, tout ce que les habitants de la région font est de bonne qualité. Car on prend davantage son temps ici. Et chacun peut prendre son temps parce que personne ne s’attend pas à ce que les choses se fassent du jour au lendemain. «Je vais voir…» est un peu la devise à Berne. Cela signifie qu’on s’accorde la liberté de réfléchir à la chose tranquillement. Par contre, si l’on dit qu’on s’en occupe, on le fait jusqu’au bout. Pas vite, mais bien, justement.»


Afterwork à la bière au bord de l’Aar

C’est sur les rives de l’Aar que le rythme particulier de Berne est le plus perceptible. Lorsqu’à la fin de la journée de travail, les gens rentrent chez eux à la nage ou en paddle plutôt qu’en voiture ou en bus. Après la répétition, le groupe boit volontiers une petite bière au bord de la rivière – une Schuum, évidemment.

Une ville avec ses propres règles

On trouve aussi la Schuum un peu plus haut, dans la vieille ville, au «The Old City Irish Pub». Dans ce pub, les clients encouragent chaque semaine l’équipe de foot locale, les Young Boys, une Schuum à la main. Ce pub est lui aussi un lieu où toute la ville se retrouve et vit à son propre rythme, selon ses propres règles.


Nos partenaires

Promotion économique du canton de Berne
Swiss Travel System
Suisse Mobile
Grand Tour of Switzerland
BLS
GoSnow.ch
Hotellerie Bern+ Mittelland
Hotelier-Verein Berner Oberland
Emmental AOP